Virginie Jacquette

Je transcris dans la matière toute l’énergie du vivant en l’obligeant à se tordre, à s’aplatir.

Je travaille la superposition de couches de tôles, de matière d’apport et de clous fondus.

La lumière est au centre de mon travail. Dans la mesure où, c’est elle qui donne vie aux sculptures.

Après avoir sculpté des bois très denses que sont le buis ou l’ébène, je me suis naturellement tournée vers l’acier, une matière qui me contraint davantage.

Ma formation, à savoir quatre années d’études cinématographiques m’ont appris l’importance que revêt la lumière dans l’art.