Laurence Raffaeli – Tet’en terre

J’ai découvert la céramique il y a une dizaine d’année, et c’est en autodidacte que je me suis passionnée pour le travail de l’argile. J’étais tête en l’air, je suis devenue Têt’en terre !

Quelle que soit la forme finale, mon travail part toujours d’ une réflexion sur la place de l’humain sur la planète bleue. Je suis inspirée par l’harmonie des “accidents” du décor et des surfaces qui m’entourent.

“Les cailloux organiques” sont des cubes blancs, inertes, d’où jaillissent des “organes” ou des paysages … c’est la vie, l’envie, qui s’invite par tous les moyens et sous des formes diverses et variées. (Terre blanche, diversement chamottée, engobes, jus d’oxydes.)

Les “petits curieux” sont des personnages figés dans la pierre et curieux d’être parmi nous. Où sommes-nous curieux d’être parmi eux ! (Terre blanche chamottée, patine aux engobes, cuisson haute température.)