Gérard Paturel

Dans ma démarche de céramiste s’est imposé le rond , la sphère venant du métier de potier , ce symbole est presque toujours le départ d’un travail.

Je travaille la terre , sur la terre et aussi dans la terre. Mes choix sont allés vers poésie et humour dès lors qu’un public m’a fait confiance.

Un travail de quelque temps m’a permis de passer de l’objet usuel vers la sculpture , il s’agit de la théière que j’ai pu « irrespecter » en la montrant tendre , drôle ou poétique ; il s’agissait aussi de jouer avec le mot « thé »… Le mot , les mots qui accompagnent bien souvent mes pièces soit par leur légende donnant une piste à celui qui regarde , soit en posant des courts textes dans les mains de mes lecteurs eux-mêmes assis sur la terre ou sur des livres.

Les mots je les ai également posés dans quatre recueils de poésie au fur et à mesure de ces 38 ans de bons et loyaux services envers cette terre…Il faudrait plutôt dire ces terres car je les ai choisis en fonction du résultat recherché : les pâtines , les enfumages , les émaillages , les matières.

Souvent entre dans mes compositions une clef , une pendule et ce , parce que le temps m’interpelle , plus j’avance moins j’ai le temps , une façon de le rattraper… Mon travail va volontiers vers la pièce unique , parfois la série intervient pour ponctuer une idée comme les manifestants (photo DSCF 0398 ). Les collages et la peinture me font de l’œil , parfois.
Il paraît que mon travail est reconnaissable , cela peut laisser croire que mon empreinte est là et propose à dire , à penser …